Sommet de l'action sur le climat : les Etats du Bassin du Congo optent pour une même voix

Samedi 7 Septembre 2019 - 15:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

En prélude à la rencontre prévue le 23 septembre, à New York, les experts en la matière des pays de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC) ont eu une réunion technique, le 6 septembre à Brazzaville. Au terme de celle-ci, ils ont préconisé une position commune à défendre lors des prochaines assises mondiales en terre américaine, en attendant sa validation par les ministres.

 

 

 

La réunion technique a permis aux participants d'apprécier la qualité des documents présentés et les éclairages apportés. S’agissant de l’avant-projet de la « Déclaration » sur la position commune dans le cadre du sommet de l’action sur le climat, ils l'ont validé en se focalisant principalement sur la solution fondée sur la nature et le financement. L’accent étant mis sur la forêt, source principale des émissions de gaz à effet de serre dans la majorité des États de la sous-région d’une part, et levier important pour concilier la lutte contre les changements climatiques et le développement économique d’autre part, les experts ont confirmé la nécessité pour les pays d’assurer leur responsabilité dans la préservation et la gestion durable des forêts de la sous-région. Toutefois, les autres thèmes retenus pour le prochain sommet par les Nations unies ont été également pris en compte et intégrés dans le projet de Déclaration.

Les experts ont recommandé, pour la stratégie de communication, une communication préalable dans les États avant le sommet ainsi qu’une communication pendant et après celui-ci ; un travail de synergie avec les pays et les réseaux pertinents; l’implication de la Banque de développement des États de l’Afrique centrale qui dispose de spots sur plusieurs projets et programmes qu’elle finance en Afrique centrale.

S’agissant de la note aux décideurs qui n’a pas pu être examinée du fait des contraintes de vols, les experts ont recommandé à la partie gabonaise, initiatrice de la rencontre, de l'achever et la partager en liaison avec la CEEAC.

Concernant les États membres, il leur a été demandé de promouvoir, au niveau national, le projet de Déclaration de la position commune dans le cadre du sommet de l’action sur le climat ; organiser la communication sur l’événement ; mobiliser les ressources financières disponibles auprès des partenaires techniques et financiers bilatéraux et multilatéraux pour la participation des délégations nationales aux différentes rencontres prévues à New York.

Le secrétariat général de la CEEAC, facilitateur de la rencontre, a été demandé de finaliser, traduire dans les trois autres langues de la communauté, ce projet de Déclaration de la position commune à transmettre aux États et aux autres parties prenantes; d' assurer la coordination technique de la participation des ministres au sommet de l’action sur le climat.

Au terme des travaux ouverts et clôturés par la ministre congolaise du Tourisme et de l'environnement et coordonnatrice technique de la Commission climat du Bassin du Congo, Arlette Soudan-Nonault, les participants ont remercié le président de la République, Denis Sassou N’Guesso, président de cette Commission, pour son dynamisme dans la problématique des changements climatiques, ainsi que le président en exercice de la CEEAC, Ali Bongo Odimba, pour l’organisation de la présente rencontre.

La ministre du Tourisme et de l’environnement a indiqué que les conclusions auxquelles les experts ont parvenu rassurent sur la qualité du travail produit.

« Le projet de déclaration que vous avez examiné qui sera soumis à la probation des ministres est le reflet de la diversité des opinions et des attentes des pays de notre sous-région dans le cadre de la lutte contre le changement climatique. Il s’agit pour les pays de l’Afrique centrale d’être reconnus dans leurs efforts de préservation de notre capitale naturelle, à l’heure ou plus que jamais nos écosystèmes forestiers constituent une partie importante de la solution à la problématique climatique », a déclaré Arlette Soudan Nonault.

 

Bruno Okokana

Légendes et crédits photo : 

Photo 1 : La ministre du Tourisme et de l'environnement prononçant son speech Photo 2 : Les écosystèmes forestiers du Bassin du Congo

Notification: 

Non