Loisirs : un document de politique nationale en examen

Mercredi 2 Octobre 2019 - 18:32

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Un atelier national, ouvert le 1er octobre à Brazzaville par la ministre du Tourisme et de l’environnement, Arlette Soudan Nonault, se penche sur le document de politique nationale de développement durable responsable en matière des loisirs au Congo en vue de sa  validation. 

Conduit par un consultant international, le travail s’est décliné en quatre phases principales, à savoir la réalisation du diagnostic participatif qui a permis de faire le point sur la situation globale actuelle du secteur des loisirs; l’élaboration de la politique nationale de développement des loisirs sur la base des données du diagnostic participatif; l’élaboration de la stratégie de mise en œuvre de cette politique ; enfin, l’élaboration du plan d’action de développement des loisirs qui propose et planifie les actions à mettre en œuvre pour le développement durable et responsable du secteur au cours des cinq prochaines années.

Pour le représentant résident du Programme des Nations unies pour le développement (Pnud), Maleye Diop, le sujet est d’une grande importance pour le Congo et ce n'est pas sans raison que les dirigeants lui portent un intérêt réel pour participer à la diversification économique. 

Le pays, a-t-il dit, dispose d’un potentiel naturel inestimable à son développement dans le secteur des loisirs et il est important de disposer d’une bonne stratégie pour mieux l’exploiter au bénéfice de l’économie nationale et de la population. 

« La problématique des loisirs est d’autant plus pertinente, au risque de me répéter, pour le Congo qui regorge d’immenses potentialités à exploiter. Fort de ce constat et de la nécessité d’encadrer le développement durable du secteur des loisirs, le Pnud s’est engagé à accompagner le gouvernement de la République du Congo dans l’élaboration d'une stratégie nationale et d’un plan d’action pluriannuel », a déclaré le représentant du Pnud au Congo. Les loisirs et le tourisme, a-t-il ajouté, sont devenus un des secteurs économiques en pleine croissance au point de figurer parmi les piliers majeurs du Plan national de développement 2018-2022 du pays.

Un document qui tient compte de toutes les formes de loisirs

Ouvrant l’atelier, Arlette Soudan-Nonault a indiqué qu’après l’élaboration de la politique et de la stratégie du tourisme, le ministère dont elle a la charge, en collaboration avec le Pnud, a mis en chantier, au début de cette année, la réalisation du diagnostic du secteur des loisirs, duquel ont découlé la politique, la stratégie ainsi que le plan de développement durable et responsable des loisirs au Congo.

Ce document vient compléter celui du tourisme adopté en 2017 et tient compte de toutes les formes de loisirs se rapportant à l'occupation du temps libre des citoyens, a précisé la ministre. Il s'agit, entre autres, des loisirs socioéducatifs, sportifs, artistiques, ludiques, socioculturels. Tous les moyens, a-t-elle assuré, ont été mis en œuvre pour élaborer une politique attrayante et efficace dans ce domaine.

L'objectif étant la promotion du développement des loisirs sains au Congo à travers une meilleure implication des différents acteurs du secteur. Cette politique est orientée essentiellement vers quatre axes, à savoir la mise en place d’un cadre institutionnel et juridique des activités et structures de loisirs ; la création d’une industrie de loisirs, pourvoyeuse d’emplois décents et durables qui prend en ligne de compte la dimension genre et jeunesse ; la généralisation de l’accès du plus grand nombre de citoyens aux loisirs sains, à moindre coût et sécurisés ; enfin, la promotion, en collaboration avec les ministères compétents, des structures de formation qualifiante dans les métiers des loisirs.

« Je suis convaincue qu’avec l’apport et l’enrichissement de tous ici présents, nous disposerons d’une bonne politique nationale, d’une stratégie et d’un plan d’action de développement durable et responsable du secteur des loisirs, qui répondra aux attentes et aspirations de la population et pour lesquels nous bénéficierons de l’appui et de l’accompagnement des investisseurs et des bailleurs de fonds », a conclu la ministre.

Bruno Okokana

Légendes et crédits photo : 

1- La ministre du Tourisme et de l'environnement ouvrant l'atelier (Destin photo) 2- Les participants à l'atelier (Destin photo) 3- La photo de famille après la cérémonie d’ouverture (Destin photo)

Notification: 

Non