Kinshasa


Kinshasa
Jeudi 13 Septembre 2018 - 17:15

Pendant que le diplomate belge, en visite en Afrique, appelle à un processus électoral ouvert, transparent et inclusif, le ministre congolais des Affaires étrangères,  Léonard She Okitundu, dans une récente mise au point, a réitéré la position de son pays de ne tolérer aucune immixtion étrangère.

Le périple qu’effectue actuellement le ministre belge des Affaires étrangères dans quelques pays africains, au nom de la recherche de la paix dans certaines régions troubles, n’est pas du goût des autorités de la République démocratique du Congo (RDC). Et pour cause ? Didier Reynders prend langue avec les officiels de certains Etats voisins de la RDC, évoque avec eux l’évolution du processus électoral en cours dans ce pays sans impliquer ses autorités. Bien que cette tournée offre un sérieux prétexte à l’officiel belge de faire un tour d’horizon de la ... Lire la suite


Kinshasa
Jeudi 13 Septembre 2018 - 15:45

Des organisations non gouvernementales du secteur, privées des assises initiées par le gouvernement, ont ouvert les leurs le 13 septembre, pour dénoncer l'exclusion dont elles sont victimes.

 

 

 

Une trentaine d'organisations non gouvernementales œuvrant dans le domaine des ressources naturelles en République démocratique du Congo (RDC) venues de Kinshasa, Nord et Sud-Kivu, Maniema, Kasaï Oriental, Haut Katanga et de Lualaba ont ouvert leur conférence alternative, en marge de celle organisée par le gouvernement. Se considérant comme une composante importante dans l’amélioration de la gouvernance minière, notamment par son implication active dans la réforme de ce secteur, la société civile a décidé de se mettre à l'écart des travaux du gouvernement, après que ses représentants ont été empêchés d'y participer. Dans un communiqué qu'elles ont publié le ... Lire la suite


Kinshasa
Mercredi 12 Septembre 2018 - 20:00

Les cinq leaders de l'opposition congolaise, réunis le 12 septembre à Bruxelles, en Belgique, estiment que l'usage de l'électronique aux prochains scrutins est contraire à la loi électorale.

 La rencontre de cinq leaders de l’opposition ayant postulé à la présidentielle a finalement eu lieu dans la capitale belge.  Jean-Pierre Bemba,  Adolphe Muzito, Moïse Katumbi, Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe ont fait le point de la situation politique de l’heure, à la lumière des enjeux qui entourent le processus électoral. Face à ce qu’ils croient être les manœuvres du régime visant à organiser une fraude massive en vue de conserver le pouvoir, ces leaders ont réaffirmé leur refus de cautionner toute parodie d’élections.

Passant au crible une à une les différentes préoccupations qui plombent ce processus, ils ont dégagé une convergence de vues, ... Lire la suite


Kinshasa
Mercredi 12 Septembre 2018 - 19:15

Le document plaide en faveur d’un accroissement substantiel des recettes intérieures grâce à une meilleure exploitation du potentiel fiscal du pays et insiste également sur l’augmentation, de manière tout aussi substantielle, des dépenses de santé pour assurer une croissance économique plus inclusive.

Placée sur le thème de « L’amélioration de la dépense de la santé pour renforcer le capital humain et assurer une croissance inclusive », la cinquième édition du Rapport de suivi de la situation économique de la République démocratique du Congo (RDC) apporte un éclairage sur les développements économiques récents et l’efficacité des ressources allouées au secteur de la santé. Les grandes lignes ont été présentées, le 12 septembre à Kinshasa, par la représentation de la Banque mondiale (BM) en RDC et son équipe d’économistes, ... Lire la suite


Kinshasa
Mercredi 12 Septembre 2018 - 18:00

Un collectif d'ONG a rejeté, le 12 septembre à Kinshasa à l'occasion d'une conférence de presse, le processus électoral en cours, estimant qu'en vue d’assainir l’espace public et d'organiser de meilleures élections, des personnes neutres doivent être nommées à la tête des institutions.  

Le Collectif d’actions de la société civile (Casc) a exigé que les politiques soient écartés du processus électoral pour laisser sa conduite aux personnes neutres, qui ne seront pas candidates aux prochaines élections. Il a exhorté le chef de l’Etat à se retirer du pouvoir pour favoriser la libération du processus électoral et sa mise en oeuvre avec de nouveaux acteurs à la tête des institutions.

Le Casc a invité tous les acteurs politiques de l’opposition à soutenir sa position de porter ce combat et de le rejoindre afin de sauver la nation du précipice. ... Lire la suite


Kinshasa
Mercredi 12 Septembre 2018 - 17:30

L’information judiciaire ouverte par le parquet de Halle-Vilvoorde pour « faux en écriture publique » contre l'opposant congolais, après son interpellation à l'aéroport de Bruxelles-Zaventem au moment du contrôle d'identité, n’aura abouti à aucun grief pouvant donner lieu à des poursuites.

L’affaire de passeport falsifié de Moïse Katumbi qui avait, il y a quelques temps, focalisé l’attention générale sur fond d’interprétations diverses vient d’atteindre son épilogue. Le substitut du procureur du roi au parquet de Halle-Vilvoorde qui avait été désigné pour suivre cette affaire a, en effet, informé le 10 septembre l’avocat de l'ex-gouverneur du Katanga que l’affaire était classée sans suite, faute d’éléments probants. « Il n’y avait pas assez d’indices de culpabilité concernant Moïse Katumbi, raison pour laquelle le dossier a été ... Lire la suite


Kinshasa
Mercredi 12 Septembre 2018 - 16:30

Au cours d’une rencontre, le 11 septembre, avec le ministre de l'Aménagement du territoire et rénovation de la ville, des chefs coutumiers représentant les vingt-six provinces de la République démocratique du Congo (RDC) ont mis en garde tous les acteurs politiques, congolais ou étrangers, « qui oseront encore mener des activités pour faire couler le sang des Congolais ».

En tant que gardiens du temple, les chefs coutumiers entendent jouer leur partition dans le déroulement du processus électoral pour un aboutissement heureux. Défenseurs des terres et détenteurs de tous les pouvoirs ancestraux, ils tiennent à la sauvegarde de la paix et de la concorde nationale, afin que les scrutins, attendus le 23 décembre, se négocient sans anicroches et sans la moindre perturbation. L’histoire se répète. Comme en 2016, lorsque tous les esprits étaient surchauffés ... Lire la suite

Pages